•    Originaire du Mont Emei en Chine (Sichouan), elle a une rusticité très importante : -18°. Cette grande espèce a des frondes dont les nervures principales des segments sont jaunes. Elle peut atteindre 1 mètre de haut et elle est persistante et a une bonne résistance au sec une fois installée.

       Nous l'avons trouvé à la foire aux plante à Plougasnou (29). Je l'a trouve très esthétique. Nous l'avons planté derrière le barbecue, près des dicksonias le 1er  août 2018.

       coniogramme emeiensis (fougère bambou)   coniogramme emeiensis (fougère bambou)   coniogramme emeiensis (fougère bambou)

                 21 juillet 2018                                 21 juillet 2018                                     1er août 2018


    votre commentaire
  •  

       C'est une fougère arborescente, endémique de Nouvelle-Zélande. Elle vit en général sous-canopée. Le revers de ses feuilles est argentées, voir blanchâtres. Sa rusticité est -6°.

      Cyathea dealbata est morphologiquement très similaire à C. milnei . Les deux taxons sont caractérisés par d'abondants poils crêpés ou frisés sur les deux surfaces des feuilles et par l'indusie qui s'ouvre à maturité pour former une coupe profonde qui se décompose par la suite ou s'étale pour former une forme de cuvette. Aucune autre espèce en Nouvelle-Zélande ne possède d'indusie de ce type ou une telle prépondérance de poils bouclés.  

       C'est un passionné de plantes exotiques qui me l'a offerte. Merci beaucoup Bilbo smile

       cyathéa deabalta   cyathéa deabalta 

                21 juillet 2018                                 21 juillet 2018

      


    votre commentaire
  •  

     

        Originaire de Nouvelle-Zélande et d'Australie, cette fougère arborescente supporte des températures froides avec des gels brefs allant jusqu'à -10°, voir plus si elle est protégée.

       Son feuillage par contre, ne reste persistant que jusqu'à -5°. Il lui faut un sol drainant et riche en humus et une exposition à mi-ombre. En été, elle a besoin d'arrosages fréquents par le haut du tronc qui doit rester humide.

       En culture elle ne dépassera guère les 2-3 mètres de haut. Le caudex (tronc) se forme tous les ans de 3 à 5 cm environ pour la région ouest.

       Nous avons acheté chez un pépiniériste le 7 juillet 2014, un pot avec une petite dizaine de petites dicksonias que nous avons dû séparer le 19 octobre 2014 pour qu'elles grandissent plus facilement. Depuis l'acquisition, elles sont en serre froide.

       le 15 juin 2015 : Nous décidons de planter 3 dicksonias (deux des plus grandes et une petite). Elles seront déplantées quelques mois plus tard et remises en pot, pour nous suivre au tregor avec les plus petites. deux des petites sont mortes.

       le 8 avril 2017 : il nous reste 3 "grandes" dicksonias et 3 petites. Deux autres petites n'ont pas supporté le manque d'arrosage durant ces 18 derniers mois. 6 sur 10... c'est plutôt une belle réussite , vu les circonstances du déménagement et l'absence totale d'entretien ! Le tronc commence à se former sur les plus grandes. je pense qu'une fois plantées, elles devraient pousser avec rapidité. J'aimerais les regrouper dans le même lieu.

     

                Dicksonia antartica - avant la plantation

                7 juillet 2014                            19 octobre 2014                            8 avril 2017

       les dicksonias antartica - avant la plantation    les dicksonias antartica - avant la plantation 

               20 mai 2018                                30 mai 2018


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique